Usherette_Strawberry_Time

J'aimerais revenir sur la dernière représentation de Grease au Comédia à laquelle j'avais assisté et y ajouter un petit bémol quant à l'enthousiasme rencontré ce jour-là.
En effet, bien que nous fûmes très bien placées et que le spectacle fut à la hauteur de nos espérances, mes protestations se dirigent vers l'accueil reçu ce jour-là.

Dans les théâtres parisiens, comme dans la plupart des théâtres à travers le monde me semble-t-il, des ouvreuses sont à notre disposition pour nous indiquer les places qui nous ont été attribuées.
Jusque là, rien d'anormal.
Sauf que, même si on connait l'alphabet et les nombres dans l'ordre et qu'on est sur les strapontins 17 des rangs A et B comme écrit sur nos tickets et qu'on pense qu'on pourrait s'en tirer seul - surtout que l'ouvreuse est déjà occupée avec d'autres personnes - on n'a pas le droit d'aller s'asseoir tout seul. Non. On nous stoppe en nous demandant d'attendre la dame.
Et pourtant on les voit nos places, elles sont juste là, devant. Mais non, on doit attendre la dame on nous a dit. Soit.
C'est alors que la dame en question arrive. Et nous place exactement là où on avait prévu de s'asseoir.
Et là, merci, au revoir ?
Non non non !

A Paris, les ouvreuses ne touchent pas de salaire.
J'avais découvert ça il y a quelques années au Palais des Sport. Et j'étais restée assez stupéfaite face au "Je vous demanderais de bien vouloir penser au service" de celle qui s'était occupée de notre cas. Et comme on n'avait pas prévu un tel racket, on lui tend la première pièce de monnaie qui nous tombe sous la main et la chanceuse a du coup gagné une énorme pièce de 2€.
Non pas que je sois contre l'idée de donner un pourboire, mais je trouve ça légèrement inconvenant de le réclamer. Bon, après bien sûr, on se dit que si elles ne touchent pas de salaire (mais c'est pas ça plutôt l'origine du problème ???), normal qu'elles essayent de défendre leur bifteck. Et puis quand c'est demandé poliment.
Bon après, là où c'est abusé, c'est qu'ils nous obligent à avoir recours aux services de l'ouvreuse en question.

Mais bon, j'ai acquis depuis un certain temps une certaine expérience des théâtres parisiens et je suis toujours prête à dégainer une petite pièce. Et de plus en plus souvent, on trouve à l'entrée de la salle un écriteau (oui, bon ok, une feuille blanche A4 imprimée) indiquant que les pourboires sont la seule rémunération des ouvreuses.

Mais celle qui s'est occupée de nous le 24 janvier dernier méritait bien un post à elle toute seule!
On entre tous dans la salle, elle est occupée et il se trouve que la rangée de Manu, Rom et Vanessa est juste là, à côté.
Les garçons se glissent jusqu'à leur place, suivis de Vanessa qui se fait intercepter par l'ouvreuse qui lui extirpe le billet des mains pour lui confirmer que oui oui, c'est bien là et ponctue son intervention d'un élégant "Je peux vous réclamer le pourboire ?".
Je peux vous réclamer le pourboire. Déjà, les mots "réclamer" et "pourboire" sont à mon humble avis bien peu subtils, et surtout, en remerciement de quoi ?????
En fille bien élevée, Vanessa lui tend quand même une pièce, mais de la même main que celle tenant son ticket et horrifiée à l'idée que Vanessa ne lui tende que son ticket, l'ouvreuse lui lance un "Non mais ça j'en veux pas" pour tout de suite se rendre compte de sa bourde "Ah non, c'était le...euh merci."
La grande classe, non ?

Juste derrière, c'était Géraldine et moi. Elle nous emmène donc vers nos strapontins et sur le chemin, je demande à Géraldine si elle préfèrera se mettre devant ou derrière et l'ouvreuse, comme une folle hystérique me dit "Hein? Quoi ? Non, c'est pas là vos places" et je suis obligée de lui répondre que 2 minutes c'est à mon amie que je parle.
Nous ne sommes pas encore à la hauteur de nos places qu'elle nous ressort son fétiche "Je peux vous réclamer le pourboire?" alors que de 1°merde, on n'est même pas encore à nos places et 2°de toute façon oui, j'y avais pensé, j'ai un sous dans la main depuis qu'on est entrées. Parce que je sais comment me comporter en société ! Alors merci de pas me faire passer pour une grosse radine et sinon, on peut te réclamer un peu d'amabilité ?????? Bon tout ça c'était juste dans ma tête hein. Je sais vraiment bien me comporter en société.

C'était tellement énorme qu'après, on a fini par en rire.
Mais sur le coup ça énerve quand même. Heureusement que derrière le spectacle était bon.

Zut, ça me fait penser que je retourne au Palais des Sport dimanche. Et cette fois, je doute que le spectacle suivant celui des ouvreuses ne soit réellement réconfortant...