Alors voilà, suite à tout ce que vous avez pu déjà lire, Manu, Aurélie, Rafika et moi avons fini par perdre patience et avons décidé de faire valoir nos droits, ce qui n'est pas chose facile dans notre beau pays qu'est la France...

Tout d'abord, nous avons tout simplement cherché à récupérer l'argent de notre inscription, les cours n'existant pas. Sur les conseils avisés d'experts, nous voilà partis dans la rédaction d'une lettre de mise en demeure de remboursement, que nous envoyâmes par lettre recommandée à la directrice de l'association.

Voici donc notre prose, dont j'avoue de pas être peu fière!

"A Mme la présidente de l’association

Marcq en Baroeul, le 27 février 2013 

Objet : Mise en demeure de remboursement des cours de comédie musicale non effectués

                        Madame,

            Par la présente, nous soussignés *** 

vous mettons en demeure de rembourser les frais d’inscription pour les cours de comédie musicale assurés par Madame C. les samedis de 11h à 12h30 pour l’année 2012 - 2013.

En effet, lors des deux premières séances d’essai auxquelles nous avons pu assister, l’intervenante a présenté l’objectif de ce cours. Il s’agissait de préparer une comédie musicale avec l’intervention régulière d’une professeur de chant pour la mise en place technique des voix, celle d’un club de théâtre pour l’élaboration d’un scénario et de la mise en scène tandis que Madame C. se chargerait de préparer le groupe aux chorégraphies inhérentes à un tel spectacle.

Or, lors des 11 cours suivants, rien de tout cela n’a été mis en place. Les cours se résumant essentiellement à des discussions autour des documents audio et écrits apportés par Melle ***, sur la demande de Mme C..

A cela s’ajoutent quatre cours annulés et non rattrapés entre janvier et février, à savoir les 19 janvier, 02 février, 09 février et 22 février 2013.

L’annulation de ce dernier cours reflète l’atmosphère qui règne dans l’organisation du programme et la motivation de la seule intervenante, Madame C.. En effet, seul l’un d’entre nous - M. ***- n’a été averti de l’annulation que la veille à 20h53.

Au surplus, nous disposons d’éléments démontrant que Madame C. a profité de l’annulation de ce cours pour donner un cours à d’autres personnes…

Une telle situation est inacceptable, n’ayant souscrit au cours de comédie musicale que dans la perspective de la préparation du spectacle qui avait été annoncée.

Dans ces conditions, nous vous invitons à prendre acte de la résiliation des inscriptions au cours de comédie musicale que nous avons souscrits.

Les cours dispensés ne correspondant pas au descriptif annoncé et compte tenu des annulations successives, nous sollicitons le remboursement des frais d’inscription de la manière suivante :

  • 107.90€ pour Monsieur *** correspondant à la totalité de l’inscription pour l’unique cours de comédie musicale.
  • 113,50€ pour Madame *** correspondant à la totalité de l’inscription pour l’unique cours de comédie musicale.
  • 47,50€ pour Madame*** correspondant à l’inscription au cours de comédie musicale et d’une remise de -50% en raison de l’inscription à un autre cours.
  • 107.90€ pour Monsieur *** correspondant à la totalité de l’inscription pour l’unique cours de comédie musicale.
  • 47,50€ pour Madame *** correspondant à l’inscription au cours de comédie musicale et d’une remise de -50% en raison de l’inscription à un autre cours.

A défaut de versement sous 15 jours à compter de la réception de la présente, nous reprendrons toute liberté d’action à l’égard de votre association.

Par ailleurs, nous vous remercions de bien vouloir nous adresser un exemplaire du règlement de votre association dans un délai de 15 jours à compter de la réception de la présente tout en attirant votre attention sur le fait que ce règlement ne nous a jamais été communiqué, malgré nos demandes répétées auprès de Mme C..

Enfin, nous vous rappelons qu’aux termes de l’article 10 des statuts de votre association qu nous ont été fournis par la préfecture de Lille, l’assemblée générale «se réunit obligatoirement une fois par an, au premier trimestre.»

Nous vous remercions par conséquent de bien vouloir nous adresser une copie de la convocation à cette assemblée générale, mentionnant le lieu, la date et l’heure de cette réunion ainsi que son ordre du jour.

Dans l’attente de votre retour,

Bien cordialement,

                                                                                                           ***              "

 

Étrangement, c'est C. qui reçu cette lettre à son domicile qui en fait est le siège de l'association, tandis qu'elle n'en est pas la présidente. C'est elle, toujours, qui a signé l'accusé de réception et nous a envoyé une réponse que je ne peux m'empêcher de partager. La voici donc, revue et corrigée en rouge par moi, déformation professionnelle oblige:

réponse corrigée

 

Bon. On n'a pas su s'en contenter, vous vous doutez bien. Alors sur le conseil qu'elle-même nous prodigue dans sa lettre, nous nous sommes rapprochés du tribunal de Lille pour élaborer une tentative de conciliation, à savoir se faire rembourser, toujours pour les mêmes raisons, et toujours en demandant à négocier avec la fameuse présidente de l'association.

Et là miracle! Assez vite nous recevons chacun une lettre du tribunal contenant une convocation à cette fameuse conciliation. Et c'est tout excités que nous nous y rendons. Sauf qu'en face, il n'y a personne. Ni C., ni la présidente ne se présentera. Et le monsieur du tribunal nous explique que si elle n'a pas envie de se mettre d'accord avec nous, elle a tout intérêt à ne pas se présenter! Parce que c'est pas obligatoire de se présenter à une conciliation! Et qu'en cas de non-présentation d'une des deux parties, la conciliation est nulle, retour à la case départ.

Mais moi jamais je n'aurais imaginé qu'elle ne viendrait pas! Moi, je reçois une convocation du tribunal, je flippe et je me pointe, de peur qu'on vienne me chercher par la peau des fesses. Ou alors c'est qu'elle est coutumière du fait? Elle savait qu'elle ne risquait rien et que du coup on finirait par laisser tomber?

Plutôt crever oui! Donc maintenant, prochaine étape, saisir la justice par une procédure de déclaration au greffe (c'est que j'en ai appris du vocabulaire au cours de cette histoire!). Et même si je me suis un peu relâchée sur cette affaire ces derniers temps, il est temps de reprendre du poil de la bête!

Amis l'heure a sonné, de reprendre la Bastille!