Avant d'aller plus loin dans le récit de nos aventures, j'aimerais vous présenter plus précisément les protagonistes de cette histoire, car il est toujours bon de pouvoir mettre un visage sur un nom.

Nous voilà donc "nous":

nous

Et "elle":

elle

Bon, c'est pas exactement nous et c'est vrai que je nous flatte un peu mais l'idée est là quand même.

Parce que ça ne se fait pas d'utiliser les photos d'autrui sans leur autorisation et vous imaginez bien que vu la conjoncture, je n'allais pas demander à C. si elle me permettait d'utiliser l'un de ses clichés. Du coup je nous ai tous mis au même niveau.

Voilà qui m'amène donc à "l'affaire du calendrier".

Un beau matin de novembre, C. nous annonce que la semaine prochaine, un photographe viendra nous tirer le portrait pour la création du calendrier de l'association. Ah? Va y avoir un calendrier? Et on sera dedans? Et c'est à quel moment qu'on allait nous demander notre avis?

C. nous distribue quand même à tous un papier à remplir et à signer où nous donnons notre autorisation d'être pris en photo pour que celle-ci soit publiée. Sauf qu'elle ne nous réclame pas ce papier que d'ailleurs aucun d'entre nous n'a signé.

La veille de notre rendez-vous avec le photographe, Aurélie, qui a vu C. le jour-même, me fait part de son idée de poser en costume de scène, oui, ceux-là même que nous porterons le jour de la représentation de notre spectacle qui n'est pas écrit. Et comme il n'est pas écrit, les personnages ne sont pas non plus développés alors que dire de nos tenues... Bref, j'écume mon dressing toute la soirée pour trouver des éléments qui feront l'affaire pour cette fois.

Arrive le jour J. En fait le photographe, c'est  Fred, un pote à elle, qui se dit photographe juste parce qu'il a un appareil photo. Sérieux, qui s'accroupierait pour prendre en photo en contre-plongée un groupe d'adultes de plus de 30 ans??? A ce moment-là j'ai crié, disant que c'était interdit! Il veut pas qu'on se mette des lampes-torches sous le menton non plus? Ah oui et, j'ai tendance à briller sur les photos. Vous allez le retoucher ça?

Non. Parce que c'est C. qui va s'occuper de la mise en valeur des photos et elle ne retouche jamais les photos, parce qu'elle ne sait pas le faire. Pour elle, l'arrangement passe surtout par la mise en page et par tout ce qu'on peut ajouter autour du sujet.

Clic clac, c'est parti pour la séance photo. Fred a l'air vachement content de son travail. C'est fièrement qu'il montre les résultats à C. mais pas à nous. Nous si on veut voir, faudra acheter la calendrier!

De mieux en mieux, non seulement on nous impose de participer à ce calendrier (certes, sans nous mettre le couteau sous la gorge, et comme c'était dans le but louable de nous intégrer à cette association dont nous faisons désormais partie, nous jouons le jeu) mais en plus on n'aura pas notre mot à dire sur le choix de la photo!

Mais si jamais on était moches dessus? Et ce qui devait arriver arriva. On était moches dessus. Enfin moi surtout. C. m'avait interdit de sourire parce qu'elle voulait que j'ai l'air sérieux, rapport à mon rôle tout ça (que moi je ne voyais pas comme ça). Du coup je ressemble vaguement à un bouledogue contrarié. Mais C. s'en fout, elle se trouve hyper bien dessus. Et puis elle est devant, au milieu, écrasant Manu, alors ça lui convient bien.

Elle trouve la photo tellement géniale qu'elle décrète que ce sera carrément l'affiche de notre spectacle!

"Alors, tu m'en prends combien de calendrier? C'est 8 €!" C'est si gentiment demandé. Bon ben 1, ce sera bien. Même s'il est moche, qu'il y a des photos de parfaits inconnus sur 11 mois de l'année et que C. se met en avant 7 mois sur 12, plus la couverture.

Nous on est en mai. Tiens c'est bientôt d'ailleurs, faudra que je pense à l'accrocher. Que je rentabilise mes 8€. Enfin à l'époque je pensais l'investissement intelligent. J'imaginais que les fonds récoltés grâce à cette vente pourraient financer les décors ou les micros de notre futur spectacle. Oui parce que pour monter une comédie musicale, il faut des micros, on est bien d'accord? (voilà un sujet qui fera débat lors d'un prochain épisode.)

Vous en avez tellement entendu parlé que je suis sûre que vous aimeriez enfin le voir, ce fameux calendrier:

calendrier

Ici, tout l'art de C. s'exprime. Voyez d'abord sa vision de la "superstar déchue". Talons aiguille et jupe crayon. Moi j'aurais plutôt dit "secrétaire nympho". Ensuite la mise en valeur de la photo: tiens, la fameuse photo de A Chorus Line, une jaquette de CD et une vieille photo de C. sur scène. Et ça c'est censé faire oublier les murs verts de la salle de répète?!

La page d'en dessous n'est pas mal non plus. Deux photos, prises lors des répétitions, et pour que ça rentre bien dans les cases, C. les a écrasées. Garder le rapport de proportionnalité, elle a pas su faire. Oui, ces petits boudins là c'est bien nous. Mais là, même elle en prend pour son grade!

Dire qu'on n'avait pas signé l'autorisation... Mais en achetant le calendrier, nous avons donné notre accord tacite. Et oui, on s'est fait doublement couillonnés! Nous nous sommes tous vus délestés de 8€ (pour faire vivre notre association croyions-nous) en plus de nous trouver ridicules dans ce planning du pauvre.

Mais croyez-moi, nous ne ferons pas les mêmes erreurs deux fois!