NakedBoysSinging_969

Quoi, encore!? Oui encore! Mais z'avez pas lu, c'était à Londres cette fois! Bon et puis peut-être bien aussi que c'était il y a un mois et demi. Oui, je sais j'assure pas, je fais traîner mais c'est que j'ai pas eu le temps moi!

Oh oh, je vous vois venir, l'instit qui a deux mois de vacances mais qui "n'a pas le temps" mais vous allez tout de suite de changer de ton, hein ! Parce que d'abord si j'ai pas envie d'écrire sur mon blog, je fais ce que je veux. Et puis j'ai aussi le droit de faire d'autres trucs, non? Comme par exemple: rencontrer des gens trop cool, en retrouver d'autres que j'adore, me baigner dans la mer Méditerranée en portant mon bikini de pin-up, me balader sous la pluie avec mon parapluie Barbie, apprendre à faire des noeuds coulissants, investir dans un trampoline et me guérir de ma phobie des bébés.

Ah! Voyez bien que j'ai eu un planning chargé ! Et c'est pas dit que dans les jours à venir ça va être plus calme alors savourez bien ce post.

Naked Boys Singing, donc. Et bien figurez-vous que la mise en scène londonienne n'a absolument rien à voir avec la version new yorkaise. Tandis qu'à New York ces messieurs prennent directement possession de la scène dans leur plus simple appareil, provoquant à la fois gène, fou-rire, stupéfaction ou béatitude, à Londres ces derniers arrivent tout habillés. Admettons, le britannique de base restant relativement prude (ce qui ne vaut pas du tout pour la britannique de base qui, elle, s'exibe sans complexe en jupette ras-la salle de jeu et décolleté jusqu'au nombril, même par -5°C, vidant une bouteille de champagne au goulot dans la rue avec ses copines tout aussi classes), allons-y doucement. Sauf que là où l'on a envie de crier à la supercherie, c'est qu'ils restent habillés pendant les 3/4 du spectacle !

Parce que dans cette étrange mise en scène, ils ont cherché à instaurer une certaine...cohérence et donc à y mettre une histoire. Tout en gardant les mêmes chansons, d'où un ensemble légèrement tiré par les cheveux (mais pas plus que Mamma Mia!, je le conçois). Naked Boys Singing raconte donc ici l'histoire d'un groupe de mecs qui veulent rejoindre le casting de... Naked Boys Singing, justement ! Ils expliquent alors qu'ils n'ont aucun problème avec la nudité frontale parce qu'untel est "homme de ménage tout nu", l'autre est un "fringuant acteur de porno", etc... Ensuite le directeur de casting veut en voir un peu plus et leur demande de se mettre torse nu. Mais ce n'est vraiment que dans les dernières 15 minutes du show que les choses deviennent sérieuses. Et alors que jusque là le show semblait bon enfant, voilà qu'il prend une tout autre tournure.

Une fois leurs engins déballés, les Boys se livrent à un jeu d'exibition très équivoque, du genre "ah tu voulais la voir, et ben la voilà!". Un poil vulgaire disons, sans mauvais jeu de mot. Alors que dans le fond, à New York cette sensation ne prédominait pas, alors qu'ils avaient la zoute à l'air pendant plus d'une heure. Disons qu'à New York on pouvait se voiler la face en évoquant un show conceptuel : des mecs, à poil, qui chantent. Alors que là ça tout simplement à un show où l'on va parce qu'on sait bien qu'on va voir des kikis à la fin!!!!

Et que moi, je n'y allais absolument pas pour ça.