En général, quand j'aime un spectacle, je retourne le voir plusieurs fois.
C'est pourquoi alors que j'étais de passage à Paris (pour revoir Spamalot), j'en ai aussi profité pour revoir La Mégère à peu près apprivoisée.

Et puis je m'étais dit que dans un spectacle où
Dan Menasche interprète 2 rôles en alternance, j'avais de bonnes chances de tomber sur lui ce soir-là.

Perdu ! Exactement comme la dernière fois, j'ai eu droit à Alexis Michalik en Petruccio et Gregory Juppin en Lucentio. Bon, vous admettrez qu'il y a pire comme torture...
Surtout que j'étais au 2ème rang et que vus de tout près, Gregory Juppin a un sourire délicieux et Alexis Michalik est...égal à lui-même.


Mais ce fameux 2ème rang me réservait son lot de surprises. Bon, juste une surprise en fait, mais de taille.

Arrive Petruccio (A. Michalik, donc) qui chante sa chanson, P-E-T-R-U-2 C -I-O, etc...

Je me souvenais bien qu'il finissait en slip Superman à la fin, pas qu'il envoyait son pantalon à scratch dans le public. En l'occurrence le public ce soir-là c'était surtout moi, et le pantalon m'est arrivé pile sur la tête. Un peu comme la fois où j'avais vu le Fantôme de l'Opéra du 2ème rang aussi et que j'étais au cœur de l'action quand j'ai vu le lustre se décrocher et foncer droit sur moi. Mais en plus interactif encore ! Parce qu'en vrai, le lustre du Fantôme de l'Opéra, lui, il dévie de sa trajectoire et finit sur scène. J'aime autant. Même si mourir dans le West End ce serait super classe comme mort.


Le plus drôle, c'est que j'aurais pu faire exprès de me trouver là pour forcer un peu le destin. C'est bien mon genre. D'ailleurs pour le Fantôme, c'était exprès si j'étais assise là. Et pareil pour tout un tas de spectacles où je sais qu'il y a des endroits stratégiques. Mais là non, même pas. C'était le fruit du hasard. Ou encore un coup du Dieu de la comédie musicale, qui ne s'était pas manifesté depuis un moment.


J'aurais bien gardé le pantalon, comme une relique sacrée. Mais j'ai dû le rendre. Et puis bon, déjà qu'ils jouent sans chaussures, si en plus on leur pique leurs pantalons...

Toujours est-il que ça m'a donné une bonne raison d'aborder le fameux Alexis Michalik après le show : "Hey, vous m'auriez pas jeté un pantalon sur la tête, tout à l'heure ?" et voilà comment j'ai pu rapporter cette photo-souvenir:

P1050480_small

Et j'en ai fait hurler plus d'une avec ça !