sp_33635_g

Me voilà tout juste rentrée de New York, et comme vous devez vous en douter, j'ai plein de choses à raconter, mais avant, je voudrais revenir sur ce spectacle que j'ai eu l'occasion de voir juste avant mon départ, à savoir Spamalot, la version française, adaptée par Pierre-François Martin Laval (Pef, des Robins des Bois)

J'avais eu l'occasion de voir Spamalot à Londres 2 fois il y a un an et demi et j'avais adoré.
A l'époque, je ne connaissais pas du tout l'humour des Monty Python mais j'ai vite fait de me rendre compte qu'il était très similaire à celui des Robins des Bois.
Alors quand j'ai appris que Pef allait prendre en main l'adaptation de cette comédie musicale, j'ai trouvé ça à la fois logique et jouissif, d'autant plus que le show venait de fermer à Londres.
Sauf que voilà, j'ai appris ça il y a plus d'un an et sous forme de rumeur mais rien d'officiel ne semblait poindre à l'horizon.

Puis j'ai appris que le tout Paris (et donc tous les gens que j'aime) avait auditionné pour le spectacle mais qu'aucun d'entre eux n'avait été retenu pour la distribution finale.
Aucun!
Le seul nom qui m'était familier étant celui d'Andy Cocq. 10 ans auparavant il était Ziggy dans Starmania.
Ah nostalgie, quand tu nous tiens...

Bon, pas de pub, peu d'infos, beaucoup d'inconnus, mais quand même Spamalot et surtout Pef, ce qui suffit à convaincre mon homme et des amis pas forcément très musical friendly de m'accompagner.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Pef a fait un remarquable travail d'adaptation!
Et c'était pas gagné d'avance tant le show original est encré dans la culture anglo-saxonne.
Mais entre traductions fidèles, clins d'œil typiquement français (incluant des références aux comédies musicales françaises) et pirouettes (comme la fin qui a totalement été réécrite par rapport au show original, pour se rapprocher de celle du film Sacré Graal), l'ensemble est finalement cohérent et particulièrement réussi. Tout en étant absurde, gras, limite vulgaire. Mais ça devait l'être tout autant en VO, c'est juste que j'étais un peu protégée par la barrière de la langue!

Et au final, j'ai mieux compris le choix de ces comédiens quasi-inconnus du milieu du théâtre musical, dont on a préféré le potentiel comique aux grande voix. Du coup on s'émeut assez peu pour leurs qualités vocales. Ça chantonne simplement. Mais juste, heureusement. Par contre on rigole énormément! Un peu comme si on assistait à un spectacle comique où il y aurait aussi des chansons.
Malgré tout ils furent 2 à tirer leur épingle du jeu: Andy Cocq, déjà cité ci-dessus, irrésistible en Prince Hubert folle à outrance et Gaelle Pinheiro, que je connaissais pas jusque là bien qu'elle ait joué dans pas mal de spectacle musicaux, qui m'a impressionnée à la fois par sa voix puissante et son hystérie maîtrisée. Mon homme est quant à lui complètement tombé sous son charme.
Allez bon, je lui pardonne.

Vous l'aurez compris, moi, je suis hyper emballée par cette version de Spamalot! Elle correspond tout à fait à ce à quoi je m'attendais. Et alors que j'ai enchaîné avec une semaine à Broadway, ce spectacle ne souffre même pas de la comparaison.
Une petit bande-annonce pour se faire une meilleure idée? Allez, ça se passe ici!