P1010205_1_

Ça fait rêver un décor pareil, hein ? Je le vois, vous avez des étoiles plein les yeux. Et encore, là ce n'est qu'une petite partie du décor. A droite on trouve des marchands de contrefaçons et à gauche, des prostituées.
Mais nous n'étions pas là pour visiter le quartier. Nous (Romaric, Clémence - fraîchement débarquée dans mon monde - et moi) étions là pour aller voir Hair, une comédie musicale avec des hippies, qui sonne comme du rock des années 70.

Alors peut-être était-ce dû au champagne que nous avions bu juste avant (parce qu'à Montmartre, un coca coûte aussi cher qu'une coupe de champagne), mais nous avons dû nous tromper de théâtre, parce que c'est pas du tout ça qu'on a vu.

Donc là, ce serait très facile d'en dire plein de méchancetés parce que ce show, qui s'annonçait très effrayant dès le départ (au Trianon, sur une bande son, et avec des costumes tecktonikesques) s'est révélé être à des kilomètres de ce à quoi je m'attendais et que j'aurais aimé voir.

Mais y'a un moment où quand même on se demandait ce qu'ils voulaient en faire de ce Hair. Avec les visuels qui n'arrêtaient pas de changer, dont les premiers qui laissaient présager une version plutôt moderne, pour finalement revenir à l'affiche originale du spectacle, c'était à se demander si eux-même savaient sur quel pied danser...

hair1er_visuel   081127121846_affiche_internet_hai

Mais bizarrement, une fois l'effet "on a été eu!" passé, on se laisse prendre au jeu.
Donc le Hair du Trianon ne raconte pas l'histoire de Claude et de ses potes hippies à New York en 1969 (ni 1967, ni 1968), mais celle de Claude et ses copains au look indéfinnissable à Paris en 2009. De trop nombreuses références pontuent le show pour ne pas laisser le doute s'installer (La Redoute, Facebook, Obama, L'Elysée etc...).
Et c'est bien connu, de nos jours, le cosplay est à la mode. C'est pour ça que sur scène on a pu retrouver Bob Marley, Kocoum (de Pocahontas), Cruella d'Enfer ou encore "Ca" (de Il est revenu).
Bon, c'est vrai, les costumes, c'était pas vraiment ça. En gros, ça ressemblait à rien (si ce n'est aux personnages su-cités) parce que les dreadlocks de toutes les couleurs, les crêtes et les tutus fluos, tout ça ensemble, ça fait ni hippie, ni... ben ni rien du tout. Mais c'était joli, gai et coloré. Et malgré tout, ils n'ont pas été avares en déballage de torses nus (et musclés et dégoulinant de sueur, ou pas, selon qu'il s'agissait de Yoni Amar ou de Laurent Ban.). On a même eu droit à quelques fesses et à un zeste de nudité frontale.
Plus sérieusement, concernant les costumes, je pense qu'il ne fallait pas essayer de raccrocher leur look à quoique ce soit de familier. Moi ça m'évoquait un peu Starmania 1991 - 2001 et les improbables costumes de Guillotel.

Avec la transposition de l'histoire en 2009 et les costumes bizarroïdes, du coup, c'était plus raccord avec le rock 70's. Alors pour aller jusqu'au bout du délire, les orchestrations ont elles aussi été changées.
Alors 2009+vêtements fluos= oui, ils ont osé ! Tecktonik !!!!!! Sur la chanson Hair (laissée en anglais, comme une chanson sur 2) avec chorégraphie et tout et tout !
Le truc c'est que Hair, c'est ma chanson préférée dans Hair. Alors ça m'a un peu laissée perplexe au début. Et puis en fait, c'était drôle et au final, j'ai trouvé la scène plutôt réussie. Celle-là et plein d'autres comme I Got Life (traduite), Ain't Got No (traduite), Hare Krishna (en VO) et toute la scène du "bad trip" (traduite, sauf la partie Shakespearienne).

J'ai regretté l'arrrivée de la fin et de son Let the Sunshine In un peu trop précipités, pas le temps de s'émouvoir et donc de pleurer (alors que normalement là, ça fait grave pleurer !), surtout qu'aux premières notes de la chansons, toute la salle a commencé à s'exciter parce qu'elle arrivait enfin la seule chanson qu'ils connaissaient tous ! Donc la mort de Claude (zut, j'ai spoilé !) passe un peu à la trappe.
Mais à bien y réfléchir, c'était toute la trame de l'histoire qui n'allait pas, du début à la fin.
Trop brouillon et je doute que les gens ne connaissant pas Hair par avance aient vraiment compris l'histoire dans le détail (même si les mauvaises langues diront qu'il n'y a pas d'histoire dans Hair).

Mais au final, je suis ressortie avec une bonne impression générale, à partir du moment où j'ai intégré que je ne verrai pas mon opéra-rock de hippies.
J'ai pu m'apercevoir que Fabian Richard (Claude), je l'aimais vraiment beaucoup beaucoup et qu'en fait je l'avais vu dans plein de trucs récemment, je me suis rendu compte que Laurent Ban (Berger)finalement, je l'aimais bien sur scène et j'ai découvert Yoni Amar (Ronny) que je ne connaissais pas encore (même si c'est déjà arrivé qu'une fois on soit entrés en contact virtuel via un jeu idiot sur facebook...) et que j'ai beaucoup aimé, à suivre donc.

Sinon grosse déception, pas de programme disponible. A cela on ajoute un site officiel tout vide (http://www.hairmusical.fr/) et un démarrage tout frais, ce qui fait qu'il me reste pas grand chose pour illustrer mes propos.
Mais y'a quelques extraits là :  http://www.kewego.fr/video/iLyROoafJ6XQ.html

Enfin je me fais pas d'illusions. Je pense quand même que les gens vont détester. Parce que moi j'ai cette chance d'être bon public. Et puis j'essaie d'avoir la "Spamalot Philosophy" à savoir always look on the bright side of life. Mais bon, pour être objective, à l'instar du Rent Remixed que j'ai vu l'an dernier à Londres, ben là, ça aurait presque pu s'appeler Hair Remixed...